Lanceur de projet: une épicerie collaborative

Classé dans : Non classé | 0

En mars 2019, j’ai donc commencé l’accompagnement de Lucile, 62 ans, qui tient une quincaillerie à Hondschoote (59).

Ma mission : la promotion du magasin (développement commercial) en vue de la vente du fond de commerce.

Au fil des réunions (2 heures un vendredi sur 2), nous avons élaboré et suivi une feuille de route.

  • Etape 1 (mars) : l’analyse de la situation (en passant par une SWOT).
  • Etape 2 (avril): facebook, site internet, flyers, enseigne… le kit parfait pour promouvoir

Je me suis même associé à Lucile pour faire un flyer avec la quincaillerie au recto et ma société au verso.

  • Etape 3 (mai) : la vente du FDC en « tout commerce » ou en « magasin BIO ». Les premiers contacts (mairie, CCI, CMA, BGE et autres organismes locaux).

Le magasin BIO ou circuit court ou raisonné plaît à tout le monde, on valide mais ce n’est pas suffisant (problème de rentabilité)

  • Etape 4 (juin) : le plan A > vente du FDC (mais n assure pas la pérennité du magasin ni le nombre de trimestre de Lucile pour la retraite) est jugé insuffisant, le plan B émerge : une épicerie collaborative pour les producteurs locaux (le nom vient de moi, je ne sais pas ou j’ai été le chercher mais le journaliste a dit que c’était « unique sur le territoire » et « innovant »)
  • Etape 5 (juillet) : le plan B est validé, depuis on bâtit notre argumentaire.

J’ai contacté Le Journal des Flandres en août pour leur dire de venir fin septembre-début octobre pour une présentation du projet en exclusivité, et le résultat est là, première page pour Lucile + intérieur où on cite Rivalis.

Je ne vous dis pas tout ce que j’ai pu essuyer comme critiques, mise en garde, discours défaitistes à propos mais j’ai continué, contre vents et marées.

Aujourd’hui, nous, je dis « nous » car c’est un travail commun, sommes en première page du Journal des Flandres (voir une et article ci-contre).

Et nous présentons notre projet au public le 15 novembre prochain dans les locaux de la CCHF (Communauté de Communes des Hauts de France).

Certes, ce n’ai pas fini, je dirai même que le plus facile est fait, reste le plus difficile, la création début 2020.

Mais moi qui suis grand’père depuis 3 mois d’une petite Nyla, quel joie et quel bonheur de voir son « bébé » pointé le bout de son nez.

De voir « son » projet pour « sa » cliente se matérialiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *